DONATION LOU SALOMÉ

Association d’aide aux enfants atteints de cancer ou gravement malades


Un poste d’enseignant en moins

LE TELEGRAMME, avril 2003

Deux instituteurs s’occupent actuellement des enfants hospitalisés dans les services de soins de l’hôpital Morvan. A la suite d’une inspection, la suppression d’un poste a été décidée. La Donation Lou Salomé s’est émue de cette situation.

"Il est inconcevable qu’un seul instituteur puisse prendre en charge la totalité des enfants qui sont hospitalisés dans le service des Grands Enfants, mais aussi en chirurgie pédiatrique, en soins intensifs, en hématologie dans un autre bâtiment et pour certains à la Cavale Blanche. Ces enfants âgés de 2 à 16 ans, nécessitent des suivis scolaires de niveaux différents complexes à mettre en place. Enfin, ils sont atteints de diverses pathologies, parfois porteurs de germes dangereux et l’instituteur ne peut passer d’une chambre à l’autre. On n’a pas le droit de faire courir le risque d’infections nosocomiales à des enfants qui se battent pour leur survie", plaide Babeth Becker, de la Donation Lou Salomé, association qui se préoccupe de venir en aide aux enfants gravement malades.

"Mission d’occupation plus que d’enseignement" L’enseignement à l’hôpital est actuellement assuré par un directeur, qui doit partir à la retraite l’an prochain, et par une institutrice qui a remplacé en septembre dernier la précédente enseignante. Le directeur intervient en chirurgie pédiatrique et auprès des enfants soignés en chambre stérile. Un long protocole doit être respecté pour rencontrer ces enfants immuno-déprimés. L’institutrice accueille les enfants le matin dans l’école du service grands enfants. Puis l’après-midi, elle se rend au chevet de ceux qui ne peuvent quitter leur chambre parce qu’ils sont contagieux. "Lors d’une visite d’inspection en janvier dernier, l’inspecteur a estimé que l’enseignante n’était pas utilisée de façon pertinente, qu’il s’agissait plutôt d’une mission d’occupation que d’enseignement. Nous gérons nos moyens avec minutie et ce poste sera redéployé dans une structure plus spécialisée", déclarait hier M. Hisiger, inspecteur d’académie adjoint qui a aussi reçu des lettres de protestation d’Alain Jouis, adjoint au maire et du Pr Berthou, du service d’hématologie.

La piste d’un assistant d’éducation Babeth Becker souligne les difficultés auxquelles sera confronté le remplaçant du directeur : "Il sera seul pour découvrir les services hospitaliers, ce long temps d’apprentissage à l’aveugle se fera au détriment du temps d’enseignement et entraînera une grande prise de risque". De son côté, M. Hisiger ne ferme pas la porte à toute concertation. "Rien n’est irrémédiable, tout dépendra du constat à la rentrée. J’ai écrit au Pr Berthou pour le rencontrer et si des éléments apparaissent, nous effectuerons un réexamen de la situation. En 2003, les aides éducateurs seront remplacés par des assistants d’éducation. L’une des hypothèses de travail est d’associer au directeur un assistant d’éducation pour proposer des activités aux enfants".

"Non-assistance scolaire à enfants malades" dénoncent les Verts" "L’école du CHU a démontré le rôle irremplaçable qu’elle joue auprès de ces enfants, elle s’est dotée au fur et à mesure, grâce notamment à l’aide de la Donation Lou Salomé de matériel pédagogique moderne. La suppression de ce poste signifierait la fermeture d’une salle de classe", écrivent les Verts dans un communiqué. "L’inspection académique doit annoncer, dès aujourd’hui, qu’elle retire cette suppression de poste de la carte scolaire 2003-2004, sans qu’il soit nécessaire d’en arriver à d’honteux marchandages de dernière heure à la prochaine rentrée".




S'inscrire à un espace de discussion sur les cancers pédiatriques
Suivre la vie du site  RSS 2.0  |  Plan du site  |  Espace privé  |  SPIP
Site hébergé par Médicalistes  |  A propos de ce site